Retour aux fiches

Les croix de chemin : rites et coutumes

Imprimer cette fiche
Les croix de chemin : rites et coutumes

Texte d’interprétation

Chaque croix de chemin possède sa propre histoire. Les raisons précises ayant motivé l’érection sont plus ou moins difficiles à retracer, surtout lorsqu’une croix est ancienne. Parfois, une plaque donne quelques informations sur les circonstances de l’installation de la croix, ou sur l’organisme ou les personnes y ayant contribué. C’est par exemple le cas du calvaire des Chevaliers de Colomb de la rue Saint-Étienne, à L’Assomption.

De manière générale, il est possible de définir un ensemble de rites et de coutumes associés aux croix qui s’appliquent certainement à celles présentes dans la MRC.

L’érection de croix est un phénomène essentiellement rural, ce qui explique la concentration particulière dans les rangs de L’Épiphanie et de L’Assomption. Lorsqu’une croix borde un champ, comme plusieurs spécimens recensés, c’est souvent pour invoquer la protection divine contre divers fléaux menaçant les récoltes : inondations, sécheresse, insectes, etc.

Certaines croix dites « votives » sont installées dans le but d’exprimer un vœu ou de remercier Dieu pour une faveur obtenue (ex voto). D’autres, dites commémoratives, perpétuent le souvenir d’événements heureux ou tragiques : fondation d’une paroisse, accident, Année sainte, etc.

Les rituels catholiques qui s’effectuaient auprès de la croix se font aujourd’hui plus rares. Parmi les plus importants figurait la récitation du chapelet en groupe, au pied de la croix, durant les soirs du mois de Marie (en mai). Ceci évitait aux familles vivant éloignées du village de se rendre à l’église chaque jour.

Malgré l’abandon de certaines pratiques, il est intéressant de constater que de nouvelles croix sont érigées et que certaines croix anciennes sont entretenues. Des croix plus récentes ou contemporaines, comme celle de l’Année sainte à Saint-Gérard-Majella, illustrent ce phénomène. Selon l’inventaire sélectif de Jean Simard, les recherches effectuées dans les années 1970 attestent que les croix situées au 434, rang Cabane Ronde et au 230, Côte-Saint-Louis à L’Épiphanie ont été installées afin d’invoquer une protection divine contre les fléaux menaçant les récoltes. (Agathe Chiasson-Leblanc et Cindy Morin, 2011)

Biens inclus

  • Aucun bien en particulier (toutes les croix de chemin).

Crédits photo ancienne

Archives Lanaudière : P0079 Collection Simon Thouin

Informations historiques

Selon l’inventaire sélectif de Jean Simard, les recherches effectuées dans les années 1970 attestent que les croix situées au 434, rang Cabane Ronde et au 230, Côte-Saint-Louis à L’Épiphanie ont été installées afin d’invoquer une protection divine contre les fléaux menaçant les récoltes.

Localisation des croix dans la MRC de L'Assomption

Références

CARPENTIER, Paul. Les Croix de chemin : au-delà du signe, Ottawa, Musées nationaux du Canada, 1981, 484 p.

DUCHASTEL, Julia. Les croix de chemin au temps du bon Dieu, Outremont, Éditions du Passage, 2007, 221 p.

PORTER, John R. Calvaires et croix de chemins du Québec, Montréal, Hurtubise, 1973, 145 p.

SIMARD, Jean. L'art religieux des routes du Québec, Publications du Québec, 1995, 56 p.

SIMARD, Jean. Les croix de chemin du Québec : inventaire sélectif et trésor, Publications du Québec, 1994, 510 p.

Retour aux fiches

MRC DE L'ASSOMPTION

300-A, rue Dorval, L’Assomption (Québec)    J5W 3A1    Tél. : 450 589-2288    Téléc. : 450 589-9430