Retour aux fiches

Les cimetières de la MRC

Imprimer cette fiche
Les cimetières de la MRC

Texte d’interprétation

Il existe différents types de cimetières : certains sont comme des parcs en pleine nature, d’autres ressemblent à de petites villes avec leurs allées bordées de monuments architecturés, d’autres encore présentent un « désordre » pittoresque. Les huit cimetières de la MRC de L’Assomption sont du type dit « cimetière fonctionnel »,  à l’image de la majorité des lieux d’inhumation au Québec. Organisés de façon rationnelle, ils sont caractérisés par une végétation peu abondante, par des allées rectilignes et par des rangées de sépultures régulières.

Plusieurs cimetières anciens du territoire sont adjacents à l’église. Il s’agit de ceux de Saint-Paul-l’Ermite et de la Purification à Repentigny, et de celui de Saint-Sulpice. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, de nouvelles normes d’hygiène entrent en vigueur. Les autorités publiques croient alors que l’enfouissement des cadavres dans les centres urbains contribue à la propagation d’épidémies. Les cimetières créés ou relocalisés à cette époque sont donc souvent éloignés des noyaux paroissiaux, comme c’est le cas à Saint-Gérard-Majella, à Charlemagne et à L’Épiphanie.

L’étalement urbain figure parmi les autres facteurs agissant sur l’espace sépulcral. Les terrains situés au centre de la municipalité sont convoités et rapidement construits. Malgré l’agrandissement des cimetières, l’espace d’inhumation est de plus en plus limité. En partie pour remédier à ce problème, des entreprises et des paroisses proposent depuis quelques années une alternative : la crémation et la disposition des cendres dans un columbarium. On trouve un exemple de cette pratique au cimetière de la Purification.

Enfin, tous les cimetières de la région présentent une caractéristique essentielle aux lieux d’enfouissement : une clôture. En effet, ces espaces sont traditionnellement ceints d’une palissade afin de les protéger non seulement des animaux, mais aussi des vandales. Le cimetière de la Purification est le seul possédant un muret de pierre ancien. (Agathe Chiasson-Leblanc et Cindy Morin, 2011)

 

Biens inclus

·         Cimetière de Saints-Simon-et-Jude

·         Cimetière de Saint-Paul-l’Ermite

·         Cimetière de la Purification

·         Cimetière de L’Assomption

·         Cimetière de Bonsecours

·         Cimetière de Saint-Gérard-Majella

·         Cimetière de L’Épiphanie

Informations connues sur le cimetière de Saints-Simon-et-Jude

  • Rue Sainte-Marie, Charlemagne.

Propriétaire 

Fabrique de la paroisse de Saints-Simon-et-Jude

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Le cimetière est inventorié dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- Le 28 octobre 1910, le décret officiel de l’érection canonique de la paroisse est rendu public. Le territoire de la paroisse épouse celui de la municipalité.

- Le cimetière est aménagé la même année, sur un terrain donné par Didace Beauchamp et relativement éloigné de l’église et du noyau paroissial.

- Il est agrandi par l’ajout de terrains adjacents en 1913 et en 1935.

- En 1935, un chemin est tracé jusqu’au cimetière. Ce dernier est clôturé. « Un rond de 100 pieds de diamètre » est aménagé devant le cimetière (Album du 75e anniversaire, p.61).

- Le cimetière est à nouveau agrandi en 1959.

- Une clôture « en broche » est installée autour du cimetière en 1969.

- On réalise de nouveaux agrandissements en 1970, 1974 et 1978.

- Le premier charnier, bâti en 1910, est reconstruit en 1979.

- Pose d’une nouvelle clôture en 1981.

Informations connues sur le cimetière de Saint-Paul-l’Ermite

  • 377, rue du Village, Repentigny, secteur Le Gardeur.

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de Saint-Paul-l’Ermite

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Inventorié dans l’Inventaire des lieux de culte du Québec et dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- Le cimetière de Saint-Paul-l’Ermite est aménagé dès les débuts de la paroisse, érigée en 1856. Il est à l’origine entouré d’une palissade en bois.

- Un charnier est construit en 1860, mais il est démoli à la fin des années 1970.

- En 1912, le règlement du cimetière est amendé pour permettre la construction de « caveaux funèbres » (mausolées).

- En 1935, on remplace la croix du cimetière par une nouvelle. Cette dernière est à nouveau remplacée en 1977. Cette croix en bois laminé est installée par Luc Rivest.

- Le cimetière est agrandi plusieurs fois au fil des années. Le dernier agrandissement est effectué en 1980. Le terrain est alors aplani dans toute son étendue.

Informations connues sur le cimetière de la Purification

  • 445, rue Notre-Dame, Repentigny.

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de la Purification

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Inventorié dans l’Inventaire des lieux de culte du Québec et dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- La paroisse est fondée en 1684.

- Le cimetière daterait du début du XVIIIe siècle; il est adjacent à l’église actuelle, bâtie entre 1723 et 1727.

- Le cimetière est muré en 1785. Une partie du mur a été enlevée lors de l’agrandissement du cimetière en 1935.

- Un ancien charnier, un mausolée, une grotte à la Vierge et deux calvaires font aujourd’hui partie de l’ensemble.

Informations connues sur le cimetière de L’Assomption

  • Rue Sainte-Anne, L’Assomption

Propriétaire 

Fabrique de la paroisse de L’Assomption

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Le cimetière est inventorié dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- Le premier cimetière de L’Assomption est situé près de la première chapelle, érigée vers 1723 où se trouve aujourd’hui l’angle des rues Sainte-Anne et Saint-Étienne, face au palais de justice.

- Vers 1750, un deuxième cimetière est aménagé à l’emplacement de l’ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame, près de la seconde église.

- En 1810, la fabrique décide d’aménager un nouveau cimetière à cause de l’exigüité du cimetière précédent. Le nouveau lieu d’inhumation est implanté à l’angle des rues Sainte-Anne et Sainte-Ursule : il s’agit du cimetière Bonsecours.

- Ce cimetière est agrandi subséquemment le long de la rue Sainte-Anne, jusqu’à prendre les dimensions actuelles. Cette section est nommée cimetière de L’Assomption.

Informations connues sur le cimetière de Bonsecours

  • 299, rue Sainte-Ursule, L’Assomption.

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de L’Assomption

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Inventorié dans l’Inventaire des lieux de culte du Québec et dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- Le premier cimetière de L’Assomption est situé près de la première chapelle, érigée vers 1723 où se trouve aujourd’hui l’angle des rues Sainte-Anne et Saint-Étienne, face au palais de justice.

- Vers 1750, un deuxième cimetière est aménagé à l’emplacement de l’ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame, près de la seconde église.

- En 1810, la fabrique décide d’aménager un nouveau cimetière à cause de l’exigüité du cimetière précédent. Le nouveau lieu d’inhumation est implanté à l’angle des rues Sainte-Anne et Sainte-Ursule : il s’agit du cimetière Bonsecours. Une petite chapelle mariale, qui sert aussi de chapelle funéraire, est construite sur le site.

- En 1858, la deuxième chapelle Bonsecours est érigée. Son sous-sol est surélevé pour permettre l’aménagement d’un charnier et d’une crypte.

- Le cimetière est agrandi subséquemment le long de la rue Sainte-Anne, jusqu’à prendre les dimensions actuelles. Cette section est nommée cimetière de L’Assomption.

Informations connues sur le cimetière de Saint-Gérard-Majella

  • Le cimetière est situé derrière l’église, mais à bonne distance de celle-ci (plus d’un kilomètre). Il est aujourd’hui encerclé par des résidences. On y accède par la rue Adhémar-Raynault.

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de Saint-Gérard-Majella

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Le cimetière est inventorié dans le Macro-inventaire.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- La paroisse est fondée en 1905. Elle devait s’appeler Saint-Pierre de Vaucluse mais Mgr Bruchési (1855-1939), qui avait assisté à Rome à la canonisation en 1904 de saint Gérard Majella (1726-1755), aurait choisi ce nom pour commémorer cet événement.

- Les deux premiers cimetières paroissiaux sont aménagés sur les terrains adjacents à l’église, entre 1904 et 1915, environ. Le deuxième, situé à gauche du lieu de culte, comportait un charnier en brique. Ce dernier est disparu.

- Le cimetière actuel est aménagé en 1929.

- La calvaire actuel a été mis en place entre 1962 et 1964, afin de remplacer le calvaire précédent, usé par le temps. Il provient d’un cimetière de l’est de Montréal. Le corpus est en fonte et pèse 500 livres. Il a nécessité la construction d’une nouvelle croix, plus solide. La sculpture est entretenue par Laurent Forget, peintre de la paroisse.

- Dans les années 2000, le développement résidentiel a encerclé totalement le cimetière qui est désormais dissimulé et n’est plus un élément principal du paysage.

Informations connues sur le cimetière de L’Épiphanie

  • 2e avenue, L’Épiphanie (Ville).

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de L’Épiphanie 

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Le cimetière est inventorié dans le Macro-inventaire.
  • Lieux d’inhumation catholique.

- La paroisse de L’Épiphanie est érigée en 1853 par démembrement de la paroisse-mère de L’Assomption.

- Le premier cimetière paroissial était à l’époque situé à côté de l’église, là où se trouve aujourd’hui le stationnement. Il comprenait alors, en plus d’un charnier, une petite chapelle funéraire.

- Selon monsieur Bricault, un deuxième cimetière aurait été aménagé à une date inconnue, en face de l’hôtel de ville.

- Toujours selon monsieur Bricault, le cimetière actuel aurait été aménagé vers 1965. Il comprend un charnier.

Informations connues sur le cimetière de Saint-Sulpice

  • 1095, rue Notre-Dame, Saint-Sulpice.

Propriétaire

Fabrique de la paroisse de Saint-Sulpice

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Inventorié dans l’Inventaire des lieux de culte du Québec.
  • Lieu d’inhumation catholique.

- La paroisse est fondée vers 1702 par les Sulpiciens.

- Une première église est bâtie en 1706, vraisemblablement à l’emplacement du lieu de culte actuel mais orienté vers l’ouest. Il s’agit d’un modeste bâtiment en bois.

- En 1723 et 1724, une nouvelle église en pierre et un presbytère sont construits.

- Ces deux bâtiments sont remplacés par l’église actuelle et un nouveau presbytère en 1831 et 1832. Cette fois-ci, la façade de l’église fait face au fleuve.

- Le cimetière aurait donc toujours été à cet emplacement, derrière le lieu de culte.

- En 1935, la chapelle de procession Notre-Dame-de-Pitié est installée dans le cimetière.

 

Références

Références générales sur les cimetières

BÉLAND, Mario. « Les monuments de bois : ces autres disparus », dans Continuité, no.49 (dossier : Le patrimoine funéraire au-delà du mythe), hiver-printemps 1991, p.33 à 37

BRISSON, Réal. La Mort au Québec : dossier exploratoire, CÉLAT, Université Laval, 1988, 144 p.

JEAN, Pierre. Le Musée Beaulne présente : Le deuil et ses coutumes, du 30 janvier au 30 décembre 1983, Musée de Coaticook, 1983, 25 p.

LABBÉ, Thérèse. « L’objet funéraire : un imaginaire à explorer », dans Continuité, no.49 (dossier : Le patrimoine funéraire au-delà du mythe), hiver-printemps 1991, p.28 à 32

SIMARD, Jean. Cimetières : patrimoine pour les vivants, Les Éditions GID, 2008, 451 p. 

Références sur le cimetière de Saints-Simon-et-Jude

COMITÉ DES FÊTES DU SOIXANTE-QUINZIÈME ANNIVERSAIRE DE CHARLEMAGNE. Charlemagne et son histoire. Lachenaie, le Comité des Fêtes, 1986, 505 p.

Références sur le cimetière de Saint-Paul-l’Ermite

ROY, Christian et Onil THERRIEN. Histoire de Saint-Paul L’Ermite, Le Gardeur. Joliette, s.n., 1984, 271 p.

Références sur le cimetière de la Purification

MINISTÈRE DES AFFAIRES CULTURELLES. Repentigny, répertoire des immeubles traditionnels. Dossier 44. Québec, ministère des Affaires culturelles, Direction générale du Patrimoine, 1979, 225 p.

MORISSONNEAU, Christian. L’église de la Purification, la plus ancienne du diocèse de Montréal. Un héritage à connaître, 2006, 15 p.

ROY, Christian. L’histoire de Repentigny. L’Assomption, La société d’histoire de la municipalité régionale de comté de l’Assomption, 1995, 302 p.

Références sur le cimetière de L’Assomption

ROY, Christian. Histoire de L’Assomption. L’Assomption, Comité des fêtes du 250e, 1967, 540 p.

ST-JEAN, Claude. Une foi au pays des méandres : paroisse Assomption-de-la-Sainte-Vierge : 1724-1999, Fabrique de L’Assomption-de-la-Sainte-Vierge, 1999, 55 p.

Références sur le cimetière de Bonsecours

FARIBAULT, Aimée. Vieilles maisons vieilles gens. L’Assomption, Société d’histoire de la MRC de L’Assomption, 1992, 316 p.

ROY, Christian. Histoire de L’Assomption. L’Assomption, Comité des fêtes du 250e, 1967, 540 p.

ST-JEAN, Claude. Une foi au pays des méandres : paroisse Assomption-de-la-Sainte-Vierge : 1724-1999, Fabrique de L’Assomption-de-la-Sainte-Vierge, 1999, 55 p.

VILLE DE L’ASSOMPTION. Texte du panneau d’interprétation installé devant la chapelle Bonsecours. http://ville.lassomption.qc.ca/documents/culture/panneau05.pdf (page consultée le 27 janvier 2011)

Références sur le cimetière de Saint-Gérard-Majella

RAYNAULD, Germaine Chené. Essai historique de la paroisse Saint-Gérard Majella "Vaucluse", 1903-1978, Joliette, Conseil régional de la culture de Lanaudière, 1979, 358 p.

SAVOIE, Marius (dir.), Essai historique de la paroisse Saint-Gérard-Magella "Vaucluse" (1979-2000), Héritage et projets. Municipalité de Saint-Gérard-Magella, 2000, 173 p.

Références sur le cimetière de L’Épiphanie

JOLY, Ange-Albert. L’Épiphanie. Une église à bâtir, un peuple à réunir, des mains pour façonner, un cœur pour aimer, Société historique de L’Épiphanie, 8 août 1993, 26 p.

Références sur le cimetière de Saint-Sulpice

PRUD’HOMME, Maurice. Les 300 ans de Saint-Sulpice, une fenêtre historique sur le Saint-Laurent, 1706- 2006. La seigneurie de Saint-Sulpice et la seigneurie des îles Bouchard. Montréal, Société de recherche historique Archiv-Histo Inc., 2005, 390 p.

 

Retour aux fiches

MRC DE L'ASSOMPTION

300-A, rue Dorval, L’Assomption (Québec)    J5W 3A1    Tél. : 450 589-2288    Téléc. : 450 589-9430