Retour aux fiches

Les monuments et statues de la Vierge

Imprimer cette fiche
Les monuments et statues de la Vierge

Texte d’interprétation

Le culte de la Vierge Marie constitue un aspect fondamental de la religion au Québec. Il s’exprime de plusieurs manières : processions, pèlerinages, érections de grottes, de monuments et de statues, etc. Ce phénomène est particulièrement manifeste depuis la deuxième moitié du XIXe siècle. En effet, la ferveur mariale s’accroit après la proclamation du dogme de l’Immaculée-Conception par le pape Pie IX en 1854. Le dogme fait référence à la conception virginale de Jésus, et signifie donc que Marie est exempte du péché originel.

Le territoire de la MRC compte quelques monuments de la Vierge illustrant le symbole de l’Immaculée-Conception, c’est-à-dire Marie écrasant sous son pied le serpent du péché. On en trouve deux exemples pratiquement identiques devant l’ancien couvent de L’Épiphanie et devant l’école L’Impact à Le Gardeur.

Une autre statue de la Vierge est érigée devant l’entrée du Collège de L’Assomption. Celle-ci diffère par sa conception formelle plus raffinée, par sa couleur dorée et par les deux figures d’angelots à ses pieds. Dans ce cas-ci, l’œuvre a une fonction commémorative liée à un événement précis, tel qu’indiqué  sur le socle.

La grotte à la Vierge forme un autre type de monument marial assez répandu. Le cimetière de la Purification, à Repentigny, en comporte un exemple représentatif. L’objet reproduit une scène qui se serait déroulée en 1858 à Lourdes, en France: la jeune Bernadette Soubirous aurait été témoin d’apparitions de la Vierge dans une grotte. Celle du cimetière illustre d’ailleurs la fillette agenouillée auprès de Marie. Une grotte similaire était auparavant installée derrière le Collège de L’Assomption; elle a disparu vers la fin des années 1990. (Agathe Chiasson-Leblanc et Cindy Morin, 2011)

Biens inclus

·         Grotte de la Sainte-Vierge (cimetière de la Purification) (photo en bas à droite)

·         Statue de la Vierge (devant l’ancien couvent de L'Épiphanie) (photo à gauche)

·         Statue de la Vierge (devant l’école l’Impact à Repentigny) (photo, deuxième en partant de la gauche, en haut)

·         Statue de la Vierge devant le Collège de L’Assomption (photo en haut à droite)

·         Monument du Sacré-Coeur de Marie de Saints-Simon-et-Jude (photo, deuxième en partant de droite en haut)

Informations connues sur la grotte de la Sainte-Vierge

  • Dans la partie est du cimetière de la Purification, près du columbarium.
  • 445, rue Notre-Dame, Repentigny

Propriétaire 

Fabrique de la paroisse de la Purification

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Répertoriée dans l’Inventaire des lieux de culte du Québec.
  • La grotte est en pierre des champs, et est posée sur une dalle de béton. Les statues de la Vierge et de la jeune fille (Bernadette Soubirous) sont en ciment ou en plâtre, peintes en blanc.
  • La statue de la Vierge mesure 122 cm et celle de l’enfant 74 cm.
  • Associée à des rites catholiques.

- Selon Victorin Savoie, une première grotte aurait été offerte par la famille d’Alain Brien (maire de Repentigny de 1993 à 1997) à une date inconnue. Les statues ont été replacées dans la grotte actuelle, aménagée il y a une quinzaine d’années.

- La figure de Marie est représentée debout, une jambe légèrement inclinée, les mains jointes. Le personnage de la jeune fille représente probablement Bernadette Soubirous (1844-1879); l’enfant est agenouillé, croise les mains sur son cœur et incline légèrement la tête vers le bas.

Informations historiques liées au sujet (grotte à la Vierge) :

- En 1854, le pape Pie IX (1792-1878) proclame le dogme de l’Immaculée-Conception. Il s’ensuit une ferveur mariale particulièrement accrue, au Québec ainsi qu’ailleurs dans le monde.

- De février à juillet 1858, la jeune Bernadette Soubirous est témoin d’apparitions de la Vierge à Lourdes, en France. En conséquence, le culte marial est intensifié dans le monde catholique.

- « Pendant le dernier quart du XIXe et au début du XXe, on assiste à une prolifération de nouveaux sanctuaires dont la plupart sont dédiés à la Vierge et dont beaucoup recréent la grotte de Lourdes » (Simard, Cimetières : patrimoine pour les vivants, p.359)

Informations connues sur la statue de la Vierge (devant l’ancien couvent de L'Épiphanie)

  • 107, rue Notre-Dame, Ville de L’Épiphanie.

Propriétaire 

Résidence Marie-Rose

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • La statue est en ciment ou en pierre; elle est recouverte de crépi.
  • Associée à des rites catholiques.

- En février 1884, l’abbé François Prudhomme, curé de la paroisse, obtient  de Mgr Fabre (1827-1896) l’autorisation d’ériger un couvent pour jeunes filles et d’en confier la mission d’enseignement à des religieuses.

- En septembre de la même année, le bâtiment est terminé et sept religieuses de la congrégation des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (SNJM) s’y installent.

- En 1961, le pensionnat ferme ses portes. Le couvent devient une école secondaire.

- En juin 1972, l’école ferme définitivement ses classes. 36 religieuses à la retraite s’y installent alors. 

- En 1973, le bâtiment accueille une succursale de la Bibliothèque du Prêt de la Mauricie.

- En 1987, la congrégation vend l’édifice à un groupe d’hommes d’affaires de L’Épiphanie. L’ancien couvent est reconverti en résidence pour personnes âgées. L’institution est nommée « Résidence Marie-Rose » en l’honneur de la fondatrice de la branche québécoise des SNJM, mère Marie-Rose (Eulalie Durocher de son vrai nom, née en 1811 et décédée en 1849).

- La Résidence Marie-Rose héberge notamment des dames qui ont jadis étudié au couvent, ainsi qu’une dame qui y fut professeure.

- La date à laquelle la statue de la Vierge a été installée devant le couvent nous est inconnue.

- La statue est signée « Bernardi & Nieri, Montréal » à l’arrière, tout comme la statue de la Vierge devant l’école L’Impact à Le Gardeur. Bernardi & Nieri est l’un des nombreux ateliers de sculpture religieuse établis par des immigrants italiens à Montréal dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle. La compagnie est connue pour avoir moulé en série des centaines de statues et de figurines de saints durant une bonne partie du XXe siècle.

- L’œuvre représente la Vierge Marie debout, les bras ouverts. Un serpent à la gueule ouverte est écrasé sous ses pieds. La statue est presque identique à celle de Le Gardeur. Elle diffère de cette dernière par de menus détails (plis des vêtements, position plus ou moins élevée des bras, etc.) et par son socle rectangulaire légèrement différent.

Informations connues sur la statue de la Vierge (devant l’école l’Impact)

391, ruedu Village, Repentigny, secteur Le Gardeur.

Propriétaire 

Commission scolaire Les Affluents

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • La statue est en ciment ou en pierre; elle est recouverte de crépi.
  • Associée à des rites catholiques.

- L’école Notre-Dame est construite en 1948. Cette école primaire occupe le bâtiment jusqu’au début des années 2000.

- L’école L’Impact occupe le bâtiment depuis 2005. Il s’agit d’une école secondaire pour clientèle spécialisée (adaptation scolaire).

- La date à laquelle la statue de la Vierge a été installée devant l’école nous est inconnue.

- La statue est signée « Bernardi & Nieri, Montréal » à l’arrière, tout comme la statue de la Vierge devant l’ancien couvent de L’Épiphanie. Bernardi & Nieri est l’un des nombreux ateliers de sculpture religieuse établis par des immigrants italiens à Montréal dans la seconde moitié du XIXe et au début du XXe siècle. La compagnie est connue pour avoir moulé en série des centaines de statues et de figurines de saints durant une bonne partie du XXe siècle.

- Un serpent mangeant une pomme figure aux pieds du personnage de la Vierge, qui se tient debout les bras ouverts. La statue repose sur un socle rectangulaire. Elle est presque identique à celle de L’Épiphanie.

Informations connues sur la statue de la Vierge (devant le Collège de l’Assomption)

270, boulevard L’Ange-Gardien, L’Assomption.

Propriétaire 

Collège de l’Assomption

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • La statue est possiblement en fonte et recouverte d’une peinture dorée. Le socle est en béton.
  • Associée à des rites catholiques.

- Le Collège de L’Assomption est fondé en 1832. Il s’agit alors d’une institution destinée à l’éducation des garçons. Des travaux d’agrandissement ont eu lieu tout au long de son histoire.

- Dès les débuts, la direction est confiée à un homme de religion, l’Abbé Édouard Labelle, et rapidement tout le personnel de l’institution est composé uniquement de séminaristes et de prêtres.

- Il est indiqué sur le socle que l’œuvre est un don du 45e cours et constitue un souvenir du conventum de juin 1897.

- La statue porte une signature dans la partie inférieure droite : A. DURENNE, SOMMEVOIRE. Il s’agirait donc d’un moule réalisé par Antoine Durenne (1822 - 1895), sculpteur et propriétaire des ateliers de fonte d’art de Sommevoire, en France.

- Chaque face du socle comporte une inscription : « L’amitié nous unit et l’honneur nous engage », « Ave Maria », « Les élèves du 45e cours », « Souvenir du conventum du 18 juin 1897 ».

- L’œuvre représente la Vierge Marie en position debout, les bras ouverts et les yeux clos. De chaque côté de ses pieds figure un angelot.

Informations connues sur le monument du Sacré-Coeur de Marie de Saints-Simon-et-Jude

  • Sur le terrain de l’église de Saints-Simon-et-Jude
  • 85, rue Sacré-Cœur, Charlemagne

Propriétaire 

Fabrique de la paroisse de Saints-Simon-et-Jude

  • Aucun statut de protection à ce jour.
  • Pierre ou plâtre; couleur blanche.
  • Associée à des rites catholiques.

-Le monument a probablement été installé en août 1979, tel qu’indiqué sur une plaque, sur le socle : « Hommage de la paroisse de Charlemagne au cœur de Marie ».

 

Références

Références générales sur le culte marial

Inventaire du patrimoine immatériel religieux du Québec, http://www.ipir.ulaval.ca

SIMARD, Jean. Cimetières : patrimoine pour les vivants, Les Éditions GID, 2008, 451 p.

SIMARD, Jean. L'art religieux des routes du Québec, Publications du Québec, 1995, 56 p.

Références sur la grotte de la Sainte-Vierge à la Purification

MORISSONNEAU, Christian. L’église de la Purification, la plus ancienne du diocèse de Montréal. Un héritage à connaître, 2006, 15 p.

ROY, Christian. L’histoire de Repentigny. L’Assomption, La société d’histoire de la municipalité régionale de comté de l’Assomption, 1995, 302 p. 

Références sur la statue de la Vierge (devant l’ancien couvent de L'Épiphanie)

Journal Entre nous, Édition spéciale 125e anniversaire, Résidence Marie-Rose, septembre 2009, s.p.

Témoignage de madame Pauline Lafortune, résidente et ancienne étudiante du couvent.

Références sur la statue de la Vierge (devant le Collège de l’Assomption)

BLAIN, Michel. Une histoire du Collège de L’Assomption, 1960-2008, Collège de L’Assomption, 2009, 261 p.

Références sur le monument du Sacré-Coeur de Marie de Saints-Simon-et-Jude

COMITÉ DES FÊTES DU SOIXANTE-QUINZIÈME ANNIVERSAIRE DE CHARLEMAGNE. Charlemagne et son histoire. Lachenaie, le Comité des Fêtes, 1986, 505 p.

Retour aux fiches

MRC DE L'ASSOMPTION

300-A, rue Dorval, L’Assomption (Québec)    J5W 3A1    Tél. : 450 589-2288    Téléc. : 450 589-9430