Gestion des matières résiduelles

            

 

 

On se le demande tous!  

La récupération est une habitude bien ancrée chez les Québécois, mais environ 10% de ce qui se retrouve dans le bac bleu n’est pas recyclable. À l’inverse, il arrive encore trop souvent que des matières recyclables soient mises à la poubelle. Pour démêler le tout et mieux s’outiller, la MRC de L’Assomption, en collaboration avec ses municipalités, est fière de lancer sa campagne de sensibilisation à la récupération On se le demande tous.

Si les principes de base de la récupération sont bien compris par tous, certaines questions demeurent en suspens et c’est bien normal :

  • La boite à pizza se récupère-t-elle? OUI, même souillée!
  • Doit-on rincer les pots? NON, simplement les vider!
  • Les pots de yogourts individuels vont-ils au bac? NON, il s’agit de plastique #6, donc non recyclable!
  • Peut-on recycler du papier agrafé? OUI!

La campagne On se le demande tous vise à répondre à ces questions et des dizaines d’autres.

Surveillez les publications de votre municipalité ainsi que le site de la MRC pour plus d’informations dans les prochaines semaines et les prochains mois!

 

Cette campagne est rendue possible grâce au soutien financier de Tricentris

 

Le temps des Fêtes... jusque dans le bac de récup'!fleche haut

 

  

 

Le temps des Fêtes... jusque dans le bac de récup'

Pour outiller ses citoyens à un tri efficace des matières recyclables, la MRC de L’Assomption, en collaboration avec ses municipalités, dévoile la campagne de sensibilisation On se le demande tous ! Cette campagne tombe à point : l’arrivée des Fêtes est souvent synonyme de bac bleu et de poubelle bien remplis… Cette année, c’est pourtant sans tracas que les citoyennes et les citoyens des municipalités de la MRC pourront célébrer.

 

On se le demande tous

Nous hésitons tous avant de mettre une boîte de pizza souillée (oui, elle se récupère!) ou un pot de yogourt individuel (non, ça va à la poubelle) dans le bac de récupération, n’est-ce pas? À l’approche du temps des Fêtes, d’autres questions apparaissent sur des matières que nous voyons peu le reste de l’année. Un jouet brisé, ça se recycle? Qu’en est-il du papier d’emballage, des lumières de Noël, des guirlandes décoratives ou d’un verre à vin brisé? Un vrai casse-tête auquel répond Tricentris qui finance la campagne de la MRC de L’Assomption via de l’affichage, une campagne web et un aide-mémoire à conserver à portée de bac.

Objets longs : pas dans le bac

Nous pouvons garder en tête que les objets longs tels que les guirlandes et lumières de Noël ne vont pas dans le bac de récupération puisqu’ils risqueraient de briser les équipements de tri. De plus, ils sont composés de plusieurs matières ce qui empêche le recyclage de ces dernières.

Emballage, emballage, emballage

Ruban, papier d’emballage métallique, papier bulle : tous ces objets ne se recyclent malheureusement pas. De plus, l’achat de cadeaux en ligne, en forte croissance au Québec, augmente considérablement la quantité d’emballages à traiter. Que faire pour s’en sortir? Voici quelques astuces :

1.      Refuser les sacs de plastique lors de vos achats des fêtes en trimbalant vos sacs réutilisables.

2.      Réduire l’emballage en dessinant directement sur la boite de carton, en utilisant du papier journal ou un beau morceau de tissu.

3.      Réutiliser les sacs-cadeaux, le papier de soie et les choux décoratifs de l’an passé.

4.      Privilégier des matières recyclables comme le papier kraft, le papier de soie, les boîtes de carton ou les pots en vitre.

Quelques trucs pour un temps des Fêtes écolo

Le gaspillage alimentaire est un autre fléau du temps des fêtes. Le tiers des aliments produits dans le monde ne sont pas consommés : ce n’est ni écologique ni économique ! En ne surestimant pas la quantité de plats à cuisiner, en proposant aux invités de repartir avec une part du dessert et en faisant des provisions congelées avec les restes, on évite le gaspillage en plus d’avoir des lunchs prêts pour le mois de janvier ! Dans le cas où votre municipalité effectue la collecte des matières organiques, ce qui ne peut être rescapé va donc dans le bac brun, à quelques exceptions près.

Pour Charlotte Rousseau, du blogue Sortir les poubelles, l’échange de cadeaux est le meilleur moyen de ne pas surconsommer. « J’organise un échange de cadeaux dans ma famille et chacun  pige une personne et s’y consacre, si bien que les cadeaux sont plus réfléchis. Au lieu d’acheter huit cadeaux, j’en achète un. J’y ai vraiment pensé et il est super! Tout le monde est content de cette initiative et arrive à Noël vraiment moins fatigué. »

Bref, en combinant récupération efficace, réduction à la source et réemploi, il est possible d’offrir à sa poubelle un régime minceur ! Tiens, pourquoi ne pas en faire une résolution du Nouvel An?

  

Cet article a été rédigé dans le cadre de la campagne On se le demande tous de la MRC de L’Assomption, rendue possible grâce au financement de Tricentris. 

Horaire des collectesfleche haut

Pour consulter l'horaire des collectes en vigueur dans votre secteur, cliquez sur votre municipalité:

Charlemagne

L’Assomption

Paroisse de L’Épiphanie

Ville de L'Épiphanie

Repentigny

Saint-Sulpice

Écoparcfleche haut

Deux écoparcs sont compris sur le territoire de la MRC. L’Écoparc de Repentigny qui est exclusif à ses résidents et celui de L’Assomption qui est mis à la disposition de l’ensemble de ses municipalités.

L’Écoparc de L’Assomption

La MRC est responsable de la gestion de l’écoparc de L’Assomption. L’écoparc est un service gratuit offert aux citoyens de la MRC de L’Assomption leur permettant, munis d’une preuve de résidence, d’y déposer sans frais, dans les conteneurs prévus à cet effet, les matières qui ne sont pas acceptées lors des collectes régulières des municipalités. Les principales matières visées  sont les résidus de construction, rénovation et démolition (CRD), les encombrants, les résidus verts, les produits électriques (PE) ou les résidus domestiques dangereux (RDD).

EBI Environnement est l’entreprise chargée de la gestion des matières résiduelles sur le territoire de la MRC. Celle-ci travaille en partenariat avec plusieurs entreprises ayant leurs procédés de recyclage certifiés, ce qui assure un traitement des flux de matières conforme aux normes en vigueur. Dans le cadre de la bonification du programme de Responsabilité élargie des producteurs (REP), l’écoparc est devenu en 2013 un site de dépôt officiel (Arpe-Québec) pour les produits électroniques d’origine résidentielle


 

POUR EN SAVOIR +

L'ABC du recyclagefleche haut

Quelques astuces

Il arrive parfois que le volume du bac bleu nous apparaisse insuffisant, freinant ainsi notre volonté de recycler. S’il est vrai qu’à certaines occasions la quantité de matières à recycler dépasse largement la capacité d’un bac de 360 litres (par exemple suite à l’achat d’un nouveau mobilier nous laissant des boites aux dimensions hors normes), celui-ci convient parfaitement à un usage normal, même pour une grande famille.

Quelques trucs peuvent être mis en application pour ne pas avoir à gérer un manque d’espace :

  • Réduire notre consommation. Par exemple, envisager d’emprunter ou de louer un objet qu’on utilisera peu, plutôt que de l’acheter. Ou encore, choisir une bouteille d’eau réutilisable plutôt que de l’eau embouteillée. Moins on achète, moins on produit! C’est vrai pour les déchets, mais c’est également vrai pour le recyclage.
  • Défaire systématiquement toutes les boites, même les plus petites. C’est une habitude à prendre, mais cela fait toute la différence! Écraser les différentes bouteilles en plastique ou carton de jus et de lait permet également de sauver de l’espace.
  • S’assurer que ce qu’on met au recyclage est vraiment recyclable. Contenant, emballage, imprimé… Si l’objet n’appartient pas à l’une ou l’autre de ces catégories, il a toutes les chances de ne pas être recyclable. On évite par ailleurs tout le plastique #6 (petits contenants de yogourt, ustensiles en plastique, plusieurs emballages du commerce, styromousse, etc.) et le plastique non identifié. Environ 10% de ce qui se retrouve dans le bac bleu n’est en fait pas du tout recyclable… Dans le doute, on s'informe!
  • Apporter nos sacs réutilisables plutôt que d’utiliser les boites de carton lors de nos visites chez les détaillants utilisant celles-ci pour ranger nos achats.

Si, malgré tout, des problèmes d’espace subsistent et sont récurrents, vous pouvez vous procurer un second bac bleu. L’achat de ce bac sera à vos frais, mais vous pourrez le garder en cas de déménagement. La collecte, quant à elle, demeurera bien entendu sans frais.

Si les problèmes d’espace sont sporadiques, il est possible d’utiliser l’écoparc.

Pour consulter ou imprimer l'aide-mémoire sur le recyclage, cliquez ici.

Matières organiquesfleche haut

Collecte des matières organiques

Les municipalités de Charlemagne, L’Assomption et Saint-Sulpice offrent le service de collecte des matières organiques à ses citoyens (bac brun). Contrairement au compostage domestique, presque toutes les matières organiques, incluant les restes de table, peuvent y être déposées.

            Matières acceptées         Matières refusées
              Restes de tables  
Aliments frits ou en sauce Animaux morts, excréments d'animaux et litière
Écales de noix et noyaux de fruits Couches, tampons et serviettes hygiéniques
Aliments périmés sans emballage Capsules de café
Filtres/sachets de café, thé, tisane (sauf les capsules de café) Matières recyclables (sauf papiers ou carton souillés)
Fruits et légumes Cendres, même refroidies
Gâteaux, biscuits, bonbons Liquides ( soupes, jus, lait, café...)
Graisse animale et végétale Arbustes et branches
Oeufs et coquilles Troube et terre
Pâtes, pains, céréales et riz moussede sécheuse et poussières
poissons et fruits de mer Produits chimiques de jardinage
Produits laitiers (sauf le lait) Produits ménagers et savons
Tartinades, confitures et condiments Produits pharmaceutiques
Viande et volailles 9en évitant les gros os) Résidus domestiques dangereux (RDD)
                 Résidus verts Vêtements
Feuilles  
Gazon  
Débris végétaux de plates-bandes de jardins et potagers  
         Papiers et cartons souillés  
Boites de pizza et de pâtisseries (souillées)  
Essuie-tout et mouchoirs  
Papier journal (au besoin seulement... mieux vaut recycler)  
Sacs en papier  
Serviettes de table en papier  

 

Collectes des résidus verts uniquement

Les municipalités de Repentigny et de L’Épiphanie, ville et paroisse, offrent des collectes spécifiques pour les résidus verts.

Matières acceptées Matières refusées
Rognures de gazon, plaque de tourbe et de gazon Les espèces exotiques envahissantes (par exemple: renouée japonaise et phragmite)
Résidus de jardinage (plants de fleurs ou de légumes, de tonte et d'émondage) Matériaux secs (par exemple: sable, roches, graviers, etc.)
Retailles de haies, vivaces Terre
Copeaux de bois Tout résidus alimentaires
Feuilles  
Bottes de foin et citrouilles  
Branchailles  

 

Compostage domestique

Saviez-vous qu’il est facile et possible de faire son propre compost, dans sa cour arrière? Certaines municipalités offrent même des rabais à l’achat d'un composteur.

Les matières pouvant être compostées chez soi ne sont toutefois pas les mêmes. Ainsi, du côté des résidus alimentaires, on évitera tout ce qui est sauce, produits laitiers, viandes et volailles ou encore les graisses.

Pour un guide complet sur le compostage domestique, c’est par ici : Le compostage facilité

 

L’herbicyclage

L’herbicyclage est une méthode d’entretien de la pelouse consistant à laisser au sol le gazon coupé. Avec une tondeuse dotée d’une lame déchiqueteuse (disponible partout, à peu de frais), le gazon ainsi taillé se décompose en l’espace de 24 à 48 heures. En plus d’économiser du temps et de l’énergie, cette méthode permet de diminuer les besoins en eau et en nutriments de la pelouse. Quoi demander de mieux?

Politique québécoise de gestion des matières résiduellesfleche haut

Bref historique

En 1999, le gouvernement du Québec adoptait la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008. En plus d’énoncer des objectifs élevés de récupération pour le secteur municipal, la Politique pavait la voie à des changements majeurs dans les méthodes de gestion des matières résiduelles. Parmi ces changements il y avait l’obligation pour chacune des MRC du Québec, d’élaborer un premier plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). En 2011, une seconde version de cette Politique est adoptée et mise cette fois sur le bannissement de la matière organique des sites d’enfouissement et sur la hiérarchie des 3RV-E. Trois enjeux ont été retenus :

  • la réduction du gaspillage des ressources;
  • la réduction des gaz à effet de serre (GES);
  • la responsabilisation de l’ensemble des acteurs liés à la gestion des matières résiduelles.

La Politique québécoise de gestion des matières résiduelles 2010-2015 s’accompagne également d’un Plan d’action devant mener à l’atteinte d’objectifs spécifiques :

  • Recycler 70% du papier, du carton, de plastique, du verre et du métal résiduels;
  • Recycler 60% de la matière organique putrescible résiduelle au moyen de procédés biologiques (épandage, compostage et biométhanisation);
  • Recycler ou valoriser 80% des résidus de béton, de brique et d’asphalte;
  • Trier à la source ou acheminer vers un centre de tri 70% des résidus de construction, de rénovation et de démolition du secteur du bâtiment.

Plan d'action 2010-2015 de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Bilan de mi-parcours de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles

Plan métropolitain de gestion des matières résiduellesfleche haut

Conformément à la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, toutes les MRC du Québec doivent se doter d’un Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). Un plan de gestion est un outil de planification qui permet d’augmenter l’efficacité environnementale et économique de la gestion des matières résiduelles aux niveaux municipal et régional. Plus précisément, le plan de gestion permet de guider et d’encadrer nos démarches de manière réfléchie et efficace, interpellant la participation de l’ensemble de la collectivité. Ce document identifie toutes les mesures à mettre en place par les municipalités dans les prochaines années pour atteindre les objectifs de récupération, de valorisation et de réduction de l’enfouissement.

Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles (PMGMR)

Le PMGMR s’applique à l’ensemble du territoire de la MRC de L’Assomption. Les Villes de Charlemagne, Repentigny, Saint-Sulpice et L’Assomption font partie des 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Bien que les municipalités de L’Épiphanie (Ville et Paroisse), ne fassent pas partie de la CMM, leur intégration au PMGMR a été autorisée par la CMM à la demande de la MRC. Cette intégration facilite la gestion des matières résiduelles et la mise en oeuvre des actions. Auparavant, ces deux municipalités étaient dotées d’un PGMR distinct de celui de la CMM.

Entrée en vigueur le 28 janvier 2017, le PMGMR 2015-2020 définit une série d’enjeux (6) et d’orientations (7) pour guider les municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), à savoir :

Enjeux :

  1. Contribuer à l’atteinte de l’objectif gouvernemental de réduction des quantités de matières à éliminer, dans le respect de la hiérarchie des 3RV-E, tout en planifiant les éventuelles installations nécessaires au traitement des résidus ultimes dans les délais actuels de planification;
  2. Atteindre les cibles de recyclage et optimiser les quantités et la qualité des matières recyclables;
  3. Atteindre les cibles de recyclage des matières organiques;
  4. Limiter les coûts engendrés par la collecte, le transport et le recyclage des matières organiques;
  5. Responsabiliser les industries, les commerces et les institutions et s’assurer qu’ils disposent des services adéquats pour leur permettre de contribuer à l’atteinte des objectifs gouvernementaux;
  6. Développer et réaliser des activités d’information, de sensibilisation et d’éducation adaptées aux différentes clientèles afin de favoriser leur engagement à l’égard des objectifs visés.

Orientations :

  1. Respecter la hiérarchie des 3RV-E, en mettant l’emphase sur la réduction à la source et le réemploi;
  2. Contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre en se dotant, sur une base régionale, d’infrastructures de traitement des matières résiduelles et en optimisant les activités de collecte et de  transport;
  3. Contribuer à l’atteinte des objectifs gouvernementaux de recyclage des matières recyclables et des matières organiques;
  4. Optimiser les activités de récupération, de recyclage et de valorisation en place dans le but d’améliorer la qualité et la quantité des matières récupérées;
  5. Identifier des sources de financement pour les coûts engendrés par la mise en place des infrastructures et des mesures permettant l’atteinte des objectifs;
  6. Informer, sensibiliser et éduquer les citoyens, les industries, les commerces et les institutions quant à l’importance de participer aux activités de prévention, de récupération et de mise en valeur des matières résiduelles;
  7. S’assurer de l’acceptabilité sociale et de la faisabilité économique et environnementale des installations de traitement et de valorisation dans le Grand Montréal.

Afin de bien cadrer les enjeux et orientations mis de l’avant dans le PMGMR, une série de mesures concrètes, accompagnées de leur échéancier respectif, est proposée par le PMGMR. Ces mesures sont de portée municipale ou métropolitaine et définissent des objectifs à atteindre ainsi que des pistes d’action à mettre en place. Des indicateurs de suivi sont également proposés afin de permettre d’évaluer le progrès de chacune des municipalités en regard des objectifs du PMGMR. Ces indicateurs seront compilés au moyen du Tableau de bord métropolitain.

Consulter le tableau de bord de la CMM

Consulter le Sommaire du PMGMR

Statistiquesfleche haut

Consulter le bilan 2016

MRC DE L'ASSOMPTION

300-A, rue Dorval, L’Assomption (Québec)    J5W 3A1    Tél. : 450 589-2288    Téléc. : 450 589-9430